Soutenir la Recherche

La Fondation soutient des partenaires scientifiques de l'Espace Économique Européen qui mènent des projets de recherche fondamentale sur les maladies respiratoires. L’objectif est d’approfondir la connaissance des mécanismes sous-jacents aux maladies respiratoires chroniques ou rares afin de trouver des solutions thérapeutiques. Elle soutient également certaines recherches environnementales liées à la qualité de l'air, notamment dans le domaine de la chimie atmosphérique.

LA RECHERCHE FONDAMENTALE A BESOIN D’ÊTRE SOUTENUE

Préalable à une innovation de rupture, la recherche fondamentale a besoin d'être soutenue. La Fondation Air Liquide s'appuie sur l'expertise scientifique d'Air Liquide dans les domaines médical et environnemental. Nous finançons des projets de recherche de 3 à 5 ans dans l'Espace économique européen.

Nous soutenons également des projets éducatifs visant à mieux faire connaître la science à  un public plus large.

La Fondation s’appuie sur l’expertise et l'implantation géographique du Groupe Air Liquide. Par son expérience, sa flexibilité et son intervention en amont des projets, elle se veut complémentaire de l’action publique.

Témoignage

« Les travaux de Gaelle Uzu sont réellement innovants et nous sommes fiers de pouvoir l’aider sur le long terme. Notre ambition est d’apporter un éclairage nouveau sur un sujet complexe afin de faire progresser la science. Se doter d’un indicateur de la qualité de l’air réellement représentatif de l’impact sur la santé humaine, c’est permettre de mieux protéger les populations fragiles et à tous de mieux respirer. »

Bruno Leprince-Ringuet, délégué Général de la Fondation Air Liquide

Témoignage

« Le soutien de la Fondation Air Liquide, ce sont des moyens supplémentaires sur un sujet à prise de risque. Nous échangeons beaucoup avec les parrains Air Liquide du projet et nous partageons la même envie de servir l’intérêt général. Discuter avec des experts du monde de l’entreprise, qui sont aussi issus de la société civile, enrichit la réflexion. »

Gaëlle Uzu, Chargée de recherche à l'Institut des Géosciences de l'Environnement de Grenoble