Aller au contenu principal

UKRAINE : soutien psychologique aux réfugiés

La Fondation Air Liquide et la Fondation PRO-FIL de Rzeszow soutiennent la santé mentale des réfugiés dans le cadre du projet « Intégration ». Entretien avec Marcin Mołoń, président de la Fondation PRO-FIL.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur la Fondation Pro-fil ?
Fondation pour la psychoprophylaxie sociale PROFiL est basée à Rzeszów ; elle est composée de personnes passionnées - spécialistes en psychologie, pédagogie, psychothérapeutes et psychoprophylactiques. Nous travaillons avec des travailleurs sociaux, des enseignants et de nombreuses institutions dans le sud-est de la Pologne, mais aussi à l'étranger. Au cours des 6 années de fonctionnement de la Fondation, nous avons réalisé près de 50 projets, dont les bénéficiaires sont environ de 15 000 personnes.

Le champ d'action de la Fondation est très large et concerne l'activation sociale de divers groupes sociaux. Nous aidons les personnes de tous âges - des enfants et des jeunes aux personnes âgées - à développer leur potentiel et les aidons à surmonter diverses difficultés. Nos activités comprennent le soutien dans le domaine de l'aide sociale, la lutte contre les dépendances et l'exclusion sociale. Nous sommes également impliqués dans la protection de la santé publique, en soutenant le développement de la science, de l'éducation et de l'éducation. Nous essayons d'adapter nos activités à l'actualité et de répondre aux besoins actuels de nos bénéficiaires.

En quoi consiste le projet co-créé avec la Fondation Air Liquide ?
"Project - Intégration" est une réponse aux effets de la guerre en Ukraine : solitude, anxiété et dépression, traumatismes, problèmes financiers, juridiques, éducatifs, etc. Les citoyens ukrainiens venant en Pologne ont besoin de diverses formes de soutien, y compris psychologique. Avec l'aide d'Air Liquide, nous répondons à ces besoins. Dans la période de mai à fin septembre, nous offrons un soutien aux enfants et adolescents ukrainiens fréquentant les centres de jour sociothérapeutiques de Debica, à travers des formes d'assistance individuelles et de groupe. Nous offrons également des consultations psychologiques individuelles pour les femmes. Aux fins de ce projet, nous avons entamé une coopération avec des spécialistes ukrainiens qui connaissent la langue et ont une expérience pertinente.

Selon vous, à quoi devrait ressembler le soutien psychologique aux réfugiés ukrainiens ?
Les personnes venant d'Ukraine en Pologne sont souvent encore en phase de choc. Ils luttent contre l'impuissance et la dépression - il y a aussi beaucoup de colère, de ressentiment et de frustration face à ce qui se passe dans leur pays. Les réfugiés présentent des symptômes de trouble de stress post-traumatique, de dépression, de troubles anxieux et d'autres problèmes de santé mentale. Pour cette raison, une aide immédiate est nécessaire de la part de professionnels qualifiés qui savent le mieux comment faire face au traumatisme.

De nombreux établissements offrent un soutien sous la forme de services psychologiques spécialisés, de conseils juridiques, de traduction et de soutien matériel. Toutes ces organisations ont une chose en commun : l'empathie et la volonté d'aider. Je pense que c'est ce qui compte le plus.

Cependant, il est important de réaliser que ceux qui aident sont également confrontés à l'épuisement, à l'impuissance et à de nombreuses émotions difficiles. Cette prise de conscience est importante et nous permet de prendre également soin des aidants. Notre « Intégration de projet » se concentre également sur ces personnes.

Comment pensez-vous que la situation des réfugiés ukrainiens en Pologne va évoluer ?
Nous estimons que la vague de réfugiés qui auront besoin de l'aide de psychiatres et de psychologues en raison de troubles de stress post-traumatique est encore devant nous. Les symptômes les plus courants de ces troubles sont des cauchemars, des sentiments d'impuissance, des souvenirs récurrents du traumatisme ou une sensibilité excessive aux stimuli. Certains réfugiés développeront une dépression, des troubles anxieux et parfois une psychose. Ces états sont déclenchés non seulement par des événements traumatisants, le désir et la séparation d'avec les êtres chers, mais aussi par la perte d'estime de soi. Les professionnels peuvent donc s'attendre à beaucoup de travail lié aux soins psychologiques de longue durée.

L'équipe Fondation Air Liquide

Bruno Leprince-Ringuet

Bruno Leprince-Ringuet

Délégué Général

Natcha Brunet, Chargée de mécénat

Natacha Brunet

Chargée de mécénat

© Clemence Bruneton

Clémence Bruneton

Chargée de communication

Geneviève Capbern-Gasqueton, Attachée de mécénat

Geneviève Capbern-Gasqueton

Chargée de mécénat

Nous contacter

Par courrier
Fondation Air Liquide 
75 Quai d'Orsay
75007 PARIS
 

 

Par email

Vous avez un projet ?