Aller au contenu principal
étude des glaces de l’Antarctique

Oldest Air

Étude des glaces de l’Antarctique et reconstitution des climats du passé

La Fondation Air Liquide soutient Oldest Air, un projet scientifique de long terme visant à reconstituer les changements climatiques sur une période de 1,2 million d’années par l’analyse de l’air emprisonné dans les glaces de l’Antarctique.

Mieux comprendre le rythme des glaciations

Une équipe de scientifiques de l’Université de Berne (site en anglais), en Suisse, a lancé le projet Oldest Air. L’objectif ? Analyser des échantillons d’air provenant des plus anciennes couches glaciaires de la planète. Dirigée par les Professeurs Thomas Stocker et Hubertus Fischer, du département de physique climatique et environnementale, l’équipe souhaite se rendre en Antarctique et forer des couches de glace remontant à 1,2 million d’années. Ces échantillons fourniront des informations essentielles sur les changements climatiques du passé et devraient permettre de résoudre une grande énigme scientifique : pourquoi le rythme des glaciations est-il devenu 2,5 fois plus lent voici un million d’années ?

Ces travaux de recherche seront fondamentaux pour comprendre les mécanismes à l’œuvre lors des évolutions climatiques de notre planète

La Fondation Air Liquide soutient le projet en finançant les équipements nécessaires notamment pour le développement d’un RADIX (Rapid Access Drill for Ice X-traction), appareil innovant permettant d’atteindre la roche-mère à trois kilomètres sous la surface de l’Antarctique en seulement deux semaines.
Cette profondeur pourra être atteinte dans ce délai record grâce au diamètre extrêmement réduit du RADIX : 2 cm contre 12 cm pour les dispositifs habituellement employés à de telles profondeurs pour réaliser des carottages.

Un projet en deux phases

Le projet Oldest Air comportera deux phases. Dans un premier temps, le dispositif sera conçu à l’Université de Berne, puis testé sur deux glaciers européens. Ensuite, un site sera choisi en Antarctique afin d’y collecter des échantillons sous la glace. À ce jour, en sondant la glace, les scientifiques ont réussi à identifier des poches d’air datant de 800 000 ans, mais le Pr Stocker -également membre du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat)- et son équipe estiment que certains sites du continent recèlent des poches d’air de plus d’un million d’années.

FICHE D'IDENTITÉ

  • Porteur du projet : Département de physique climatique et environnementale de l’Université de Berne (Suisse)
  • Localisation : Suisse et Antarctique
  • Année de soutien : 2012

Découvrir d'autres projets soutenus par la Fondation Air Liquide